Accueil du site > CARNETS DE VOYAGE > Pérou > 31bis- Retour sur les événements de Bagua Grande
  • Calendrier
«juillet 2009»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Aujourd'hui vendredi 14 mai 2021

2008 - 2009 -
  • Infos
  • Dernière modification :
    Le dimanche 20 décembre 2009
  • Statistiques contenus :
    Articles : 94 -  Sites : 8 -  Auteurs : 1
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 228 -  Total : 43487
  • Article

31bis- Retour sur les événements de Bagua Grande

Le mardi 21 juillet 2009, par incasables

Suite aux affrontements entre les Indigènes et la police péruvienne, dont nous avons parlé dans l’article 31, voici la dépèche de l’AFP du 19 juin 2009 relative aux événements. (merci au rédacteur de la rebut de presse)

Pérou : Un jour historique pour les peuples indigènes
 Posté le 19/06/2009 à 09:06 par rebutdepresse

Le parlement du Pérou a abrogé jeudi deux décrets-lois sur l’exploitation des ressources d’Amazonie, à l’origine d’une crise entre l’Etat et les communautés indigènes depuis deux mois, et de violences qui ont fait 34 morts il y a deux semaines.

Le vote acquis à une large majorité, 82 voix contre 12, ouvre la voie à une probable sortie de la pire crise politique du gouvernement de centre-droit d’Alan Garcia, au pouvoir depuis 2006.

Daisy Zapata, dirigeante du principal collectif indigène AIDESEP, a appelé après le vote les communautés indiennes à lever les blocus routiers ou fluviaux qu’elles tiennent en plusieurs points de l’Amazonie péruvienne (Nord et Est), pour certains depuis deux mois.

"C’est un jour historique pour les peuples indigènes, parce que nos demandes étaient justes et qu’en fin de compte le gouvernement nous a donné raison", a déclaré a la presse Zapata, qui a pris la tête de l’AIDESEP après la fuite d’Alberto Pizango, en asile politique au Nicaragua depuis mercredi.

Les décrets abrogés par le Parlement, en présence dans la galerie "d’apus", chefs coutumiers d’ethnies amazonienne, sont deux textes techniques passés en 2007 et 2008, régissant l’exploitation privée de zones forestières, et le régime de propriété des terres.

Les représentants de la minorité indienne -moins de 400.000 personnes éclatées en 65 etnnies- les rejetaient faute de consultation préalable, et parce qu’il y voyaient une porte ouverte à la surexploitation de l’Amazonie.

L’abrogation du décret le plus contesté, le Décret 1090 dit "Loi forestière et de faune sylvestre" — la "Loi de la Jungle", comme l’a surnommé la presse — avait été proposé par le Premier ministre Yehude Simon, dans une concession de l’Etat pour renouer le dialogue avec les indiens.

La semaine dernière, le Parlement l’avait simplement "suspendu", sans aucun impact sur les protestations indigènes sur le terrain.

Simon, sous intense pression depuis deux semaines, a annoncé mardi qu’il démissionnerait d’ici quelques semaines, une fois la crise résolue.

Cette confrontation depuis deux mois entre Etat et minorité indienne avait dérapé le 5 juin avec des heurts entre police et indiens qui ont fait 34 morts autour d’un blocus routier indigène à Bagua (1.000 km de Lima), violences qui ont attiré sur le Pérou le regard des organisations internationales de droits de l’Homme.

Le rapporteur spécial de l’ONU sur les peuples indigènes, James Anaya, se trouve depuis mercredi au Pérou, où il a visité jeudi à Bagua le site des violences.

Dans un message à la Nation mercredi soir, le président Garcia a fait l’autocritique du pouvoir dans la gestion de la question amazonienne. Il a promis de "repartir du début" et d’"entamer un nouveau dialogue (avec les indigènes) en vue d’approuver de nouvelles normes pour protéger l’Amazonie".

"Il est vrai que le décret législatif original n’a pas été fait en consultation avec les communautés autochtones", avait déclaré Garcia, admettant ainsi que le Pérou a manqué à ses obligations aux terme de la Convention de l’Organisation internationale du Travail (OIT) sur les peuples indigènes.

Certaines revendications indigènes restaient pendantes jeudi, comme la levée de l’état de siège à Bagua, et l’abandon des poursuites contre quatre dirigeants passés à la clandestinité en même temps que Pizango.

Source : Dépêche afp sur le site france24.com

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS